Essais & documentaires littéraires
Moyen-Courrier

Une erreur judiciaire
Première partie : la tondeuse et les œillets

Pamela Colloff

Traduit de l’anglais par Maryse Leynaud

 env. 45 pages

La dernière fois que Michael Morton a vu sa femme Christine, c’était le matin du 13 août 1986. Il avait fêté ses 32 ans la veille. Avant de partir travailler vers cinq heures trente, il l’avait regardée, au lit, encore endormie. En rentrant chez lui cet après-midi-là, il avait trouvé sa maison ceinturée de rubans jaunes de la police. Six semaines plus tard, il serait arrêté pour meurtre. Il n’avait pas de casier judiciaire, aucun antécédent, pas de mobile apparent. Mais le shérif du comté et son équipe s’étaient concentrés sur lui dès le début, sans étudier d’autre piste.

 

Dans la veine du De sang froid de Truman Capote, Pamela Colloff raconte l’histoire de Michael Morton, libéré en 2012 après vingt-cinq ans de prison, et fait le récit sobre et violent d’une terrible erreur judiciaire.

Ce texte est publié en deux volets.

Deuxième partie : Une erreur judiciaire. La harpe et le bandana
3 euros - Lire un extrait


Partager sur facebook

Pamela Colloff écrit depuis 1997 pour le mensuel Texas Monthly. Elle y développe des enquêtes au long cours, s’immergeant dans des communautés singulières ou s’emparant de faits divers qui méritent un traitement plus subtil et plus approfondi que ce que permettent les gros titres. C’est par l’attention portée aux détails, les variations de points de vue et la construction d’un récit complexe, ample et nuancé qu’elle donne une dimension poignante aux histoires qu’elle raconte. Certains de ses textes récents ont connu un retentissement hors du commun. Plusieurs auteurs majeurs, dont David Grann, considèrent Une erreur judiciaire comme le meilleur texte de nonfiction paru aux États-Unis en 2012.